01
CHATEAUX

Créé 24/09/18
Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.

Château de Castelnau-Bretenoux - Photos Jean Fioroni
Extérieur -- Enceinte -- Intérieurs

Commune Type Etat Construction Ruiné  
Prudhomat (46) château - ~1100 ~1715 visitable


07/11/10 - Photo Jean Fioroni

voir + de photos



IGN 1984
N 44-53-57,7 E 001-49-3

Construit du XIIe au XVIIe siècle par une puissante famille de barons, le château fort de Castelnau commanda en Haut-Quercy un riche territoire de vallées aux confins du comté de Toulouse, du comté d'Auvergne, de la vicomté de Turenne et du duché d'Aquitaine.
C'est à partir de 1100 que les premiers barons élevèrent un fort sur le modèle des 'nouveaux castels' dominé par une tour militaire et entouré d'un bourg castral.
De la place-forte primitive ont été conservés le logis seigneurial et le donjon carré. Siège d'un pouvoir féodal de plus en plus puissant et grâce à de riches alliances, le château fut sans cesse agrandi et fortifié.
Il s'adapta notamment à l'artillerie au XVe siècle. Ainsi se révéla-t-il imprenable derrière ses imposantes murailles équipées de salles de tir, son large fossé muni d'une fausse-braie et ses hautes courtines à chemin de ronde reliées par des tours d'angle circulaires. Une grande partie du système défensif est encore visible.
Au XVIIe siècle, il fut embelli de salons richement décorés, de hautes fenêtres, de galeries à portiques et d'un balcon d'honneur.

Après la mort du dernier baron de Castelnau en 1715, le château connut une longue période de dégradations. Celle-ci prit fin en 1896 grâce au ténor de l'Opéra comique Jean Moulière qui acquit le château et entreprit de le restaurer. Il recréa, en outre, des décors originaux dans sept salles du château en y installant une importante collection de meubles et d'objets d'art de différentes époques. Il fit une donation à l'Etat à sa mort en 1932. Source : Internet


01/09/18

À l'intérieur d'une grande enceinte en terrasse flanquée de tours et de saillants bastionnés, le château proprement dit affecte un plan approximativement triangulaire à six tours; l'essentiel date des XVe-XVIe siècles. Il conserve cependant des restes insignes des époques précédentes.
La tour-résidence ou " Auditoire ", et la tour maîtresse.
L'élément le plus ancien est un bâtiment résidentiel de 8 x 11 mètres, en forme de tour, situé sur la face 0uest. Au-dessus de deux niveaux percés au XVIe siècle, de grandes baies remplaçant probablement de petites fenêtres, l'étage noble s'éclaire par cinq magnifiques baies à claire-voie, divisées en quatre par de jolies colonnettes à chapiteaux supportant de petits arcs plein cintre évidant les tympans sous arcs de décharge. Les deux baies côté cour sont plus richement décorées, l'arc de décharge y étant mouluré, et le tympan légèrement décaissé. Elles encadrent la cheminée qui chauffait la salle, dont subsiste la souche. Il s'agit ici de la grande salle, datable de la fin du XIIe siècle, qui abritait les séances des États du Quercy. La tour maîtresse voisine, toute simple, est carrée, de 7 m de côté. Ses 30 mètres sont divisés en cinq niveaux, dont un voûté sur ogives. Vraisemblablement non habitable, il s'agit d'une tour à vocation symbolique, affirmant la prééminence seigneuriale (tour-beffroi). Postérieure de peu à la tour résidence, elle est aujourd'hui masquée, vers l'extérieur, par les appendices du XVe siècle.
Le reste du château.
Deux autres éléments témoignent de la construction progressive du châ teau en pierre : la tour-porte d'entrée, de la première moitié du XIVe siècle, précédée au siècle suivant par une curieuse herse extérieure, et la chapelle prolongeant la salle-tour, de la même époque, peut-être attribuable à Pierre de Castelnau, évêque de Rodez, en raison de la crosse et de la mitre figurant à la clef de voûte. Les autres éléments défensifs ne sont pas antérieurs au XVe Siècle : le plus remarquable est la tour Militaire, que les embrasures pour armes à feu pourvus d'ébrasements externes contribuent à dater de la seconde moitié du XVe siècle. C'est à partir de cette époque également que fut ménagée une fausse-braie tout autour de l'enceinte.
Source : Internet


12/6/24


07/04/17

Château de Castelnau-Bretenoux - Photos Jean Fioroni
Extérieur -- Enceinte -- Intérieurs


01
CHATEAUX Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.