01
CHATEAUX

Créé 23/12/11
MAJ 18/05/12
MAJ 27/10/19
Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.

Château de Montal
Histoire - Photos (01- 02)
Généalogie des Montal -- Généalogies Castrales -- Genèses Castrales

Commune Type Etat Construction Destruction  
Saint-Jean-Lespinasse (46) château - av. 1494 - visitable


27/10/19 - Photo Jean Fioroni


IGN 1984
N 44-51-37,6 E 001-52-00
Le château de Montal est situé au cœur de la vallée de la Bave, sur la commune de Saint-Jean-Lespinasse, dans le département du Lot. De style première Renaissance, il est composé de deux ailes encadrant la cour d'honneur et possède trois tours rondes et une tour carrée. Les toitures sont revêtues d'ardoise selon la mode en vigueur lors de leur restauration. Il est classé au titre des monuments historiques le 14 juin 1909. Depuis le 1er octobre 2006, le château est sous la responsabilité du Centre des monuments nationaux.

En 1494 un château appelé "repaire Saint-Pierre" , est acquis par Robert de Balzac au moment de son mariage avec Antoinette de Castelnau-Caylus. Robert de Balsac est seigneur d'Entragues, chambellan de Louis XI et sénéchal d'Agenais. Il a accompagné en 1495 le roi Charles VIII en Italie où il a été nommé gouverneur de Pise. La construction a été décidée par sa fille Jeanne de Balzac d'Entraygues, qui avait épousé en 1496 Amaury II de Montal, seigneur de Laroquebrou, dont le nom est resté au château. Texte issu de Wikipédia
Jeanne de Balzac

Entre 1519 et 1534, Jeanne de Balzac transforma la demeure médiévale préexistante dans le style renaissance. Jeanne, veuve d'Amaury II de Montal depuis 1510, perdit également son fils aîné Robert en 1523 au cours des guerres d'Italie. Ainsi s'explique selon la légende la devise inscrite au fronton : "Plus d'espoir". Ces multiples deuils ont influencé l'organisation des bustes sculptés en façade où apparaissent Amaury (ou Amalric), Jeanne, leurs deux fils Dordet et Robert, leur fille Nine et son époux François de Scorailles.
Texte issu de Wikipédia

12/11/11 - photo Jean Fioroni

En 1771, le comte Jean-Jacques de Plas de Tanes acquit le château et la seigneurie. Son fils Antoine épousa une fille de la noblesse germanique qui tint à y imposer l'étiquette due à son rang. Ils ne parvinrent guère à se faire aimer et, devenu veuf, Antoine de Plas de Tanes ne réussit pas à nouer des liens plus solides avec le voisinage. Il fut député de la noblesse aux États généraux, mais dut abandonner son domaine quand commença la Révolution. Le château, proposé sans succès à la vente en janvier 1793, servit d'auberge. Il fut restitué au comte à son retour, mais n'étant plus meublé ni habitable, le château fut cédé à un cousin de Plas de Curemonte ; dont la fille épousa un Boni de Lavergne, puis le fils de ce couple vendit à un banquier de Saint-Céré. La veuve de ce dernier vendit en 1858 au marchand de biens Macaire du Verdier. Ce dernier démonta en 1880 et mit en vente les décors sculptés, portes, lucarnes et cheminées..., sauf l'escalier qui était réservé à une vente ultérieure, soit 120.000 tonnes de pierres qui furent acheminées jusqu'en gare de Saint-Denis-lès-Martel, pour être vendues à Paris lors de deux ventes aux enchères.
Cette vente ne rapporta que 142 000 francs et une bonne partie des pierres restèrent pendant vingt dans les caisses des vendeurs. L'enlèvement de l'escalier d'honneur aurait signifié la destruction complète de l'édifice, c'est ce qui sauva ce chef-d'œuvre de stéréotomie et de l'art de la sculpture Renaissance en Quercy. Une deuxième vente a lieu le 11 décembre 1903 mais ne fut pas plus profitable aux vendeurs, et le château ne fut finalement vendu qu'en 1908 à l'industriel et esthète Maurice FenailleSi Montal n’avait été dévasté, et si, par un retour inespéré de la fortune, il ne s’était pas trouvé un homme de goût et de cœur, jaloux de reconstituer ce joyau architectural, Montal ne connaîtrait peut-être pas la notoriété dont il jouit maintenant. ».
Texte issu de Wikipédia

Entre 1908 et 1913, Maurice Fenaille entreprit la restauration du château de Montal. Grâce à ses relations et à sa fortune, il retrouva, acheta ou fit réaliser des copies, des éléments dispersés dans le monde et le garnit de mobilier d'époque. Le 13 septembre 1913, en présence du président Raymond Poincaré et d'Anatole de Monzie, il fit don du château réhabilité à l'État français avec usufruit pour lui et ses trois filles. Cette donation permis de réinstaller trois bustes qui avaient été achetés par le musée du Louvre dans les ventes de 1881 et 1903: le musée de Kensington donna une lucarne, le musée de Lyon rendit le buste de Robert de Balzac et le musée de Berlin celui de Jeanne de Balzac contre paiement d'une indemnité. Certaines pièces achetées par des collectionneurs privés, en France et aux États-Unis, ne pouvant être récupérées, Fenaille en fit faire des copies... en attendant. En 1943, le tableau de La Joconde sera caché au château de Montal jusqu'à sa réinstallation au Louvre en juin 1945. Texte issu de Wikipédia



Genèse du château de Montal

Document et photo (C) Jean Fioroni

Château de Montal
Histoire - Photos (01- 02)
Généalogie des Montal -- Généalogies Castrales -- Genèses Castrales


01
CHATEAUX Retour page précédente
@ - A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
Voir généralités sur les châteaux, maisons, fortes, etc.